Congrès des jeunes libéraux : l’interdiction des clauses de disparités de traitement sera au programme

Force Jeunesse se réjouit de retrouver en ouverture de la thématique nationale du congrès de la Commission jeunesse du Parti libéral du Québec une proposition visant à interdire formellement toutes formes de clauses de disparités de traitement dans les lois du travail. L’organisme qui milite depuis sa création pour l’éradication de ces mesures discriminatoires envers les jeunes voit d’un bon œil le retour de l’aile jeunesse du parti gouvernemental dans ce débat.

Bien qu’officiellement interdites au Québec depuis 2001, certaines formes de ces clauses discriminant les travailleurs en fonction de leur date d’embauche perdurent encore à ce jour. Nombre d’employeurs contournent ainsi la loi actuelle et pénalisent directement les jeunes salariés du Québec, notamment en offrant des régimes de retraite et des assurances collectives moins avantageux à leurs employés en fonction de leur date d’embauche. « Depuis plusieurs années, Force Jeunesse presse les différents gouvernements d’agir en clarifiant la loi actuelle sur les normes du travail de manière à en empêcher tout contournement. En mars dernier, le premier ministre Philippe Couillard avait pour la première fois ouvert la porte à des changements législatifs en ce sens et nous nous réjouissons de voir aujourd’hui la CJPLQ accorder à cet enjeu crucial la place qui lui revient dans ses débats » a déclaré Nolywé Delannon, présidente de Force Jeunesse.

Il importe de rappeler qu’à la fin des années 1990, la CJPLQ faisait partie des organismes qui, aux côtés de Force Jeunesse, avaient réclamé le dépôt d’un projet de loi visant à interdire les clauses de disparités de traitement. L’adoption, cette fin de semaine, de la résolution de la CJPLQ demandant une clarification de la loi s’inscrirait donc dans la position historique de l’aile jeunesse sur le sujet. « Nous sommes confiants que les délégués présents au congrès sauront saisir l’opportunité de réaffirmer haut et fort que les clauses de disparités de traitement sont et doivent être chose du passé et qu’une action gouvernementale est nécessaire pour s’en assurer. Des représentants de Force Jeunesse s’assureront de sensibiliser les jeunes libéraux à cet enjeu durant la fin de semaine, en espérant que ceux-ci continueront de mener ce combat à nos côtés » a conclu Me Delannon.

Créé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs visant la défense et l’amélioration des conditions de travail et des perspectives d’emploi de la relève dont les membres sont à la fois des associations et des individus. L’équité intergénérationnelle et une préoccupation pour l’avenir collectif de notre société sont au cœur des valeurs défendues par l’organisation.