Lancement de la plateforme de revendications de Force Jeunesse

Force Jeunesse présente sa plateforme de revendication pour les élections générales provinciales en cours. L’organisme identifie des enjeux clés pour le maintien de l’équité intergénérationnelle au Québec et demande aux partis politiques en lice de prendre des engagements clairs. Les revendications couvrent quatre thèmes : les finances publiques, l’épargne et la retraite, les pratiques de gouvernance et la place des jeunes.

Force Jeunesse s’inquiète de la situation budgétaire actuelle du Québec. En effet, le retour à un budget équilibré, initialement annoncé pour 2013-2014, tarde à se réaliser. Maintenant prévu pour 2015-2016, l’objectif demeure ambitieux compte tenu des lourds efforts de réduction de dépenses de programmes qu’il sous-tend et de l’absence de provision pour éventualité, au cas où la croissance des revenus anticipée ne serait pas au rendez-vous. « Il est primordial de poursuivre les efforts de contrôle des dépenses et de remboursement de la dette afin de mettre fin à ces transferts de mauvaises dettes aux générations futures », affirme M. Eloi Lafontaine Beaumier, président de Force Jeunesse. De plus, l’organisme estime que toute marge de manoeuvre budgétaire à venir devrait servir prioritairement à la modernisation de l’économie et à la réduction de la dette. C’est pourquoi Force Jeunesse demande à ce que les formations politiques en lice :

  • S’engagent à tout mettre en œuvre pour atteindre l’équilibre budgétaire en 2015-2016 ;
  • Identifient comment elles comptent combler l’écart à résorber de 530 M$ subsistant pour l’année budgétaire 2015-2016 ;
  • Présentent un plan clair et chiffré de réduction des dépenses de programmes expliquant comment elles comptent atteindre les cibles prévues dans le plus récent budget ;
  • S’engagent à maintenir le Fonds des générations ;
  • Respectent la cible de réduction de la dette provenant des déficits cumulés établie au budget 2010-2011 ;
  • S’engagent à occuper tout espace fiscal que pourrait éventuellement libérer le gouvernement fédéral ;
  • S’engagent à étudier la suspension temporaire des travaux de développement du projet hydroélectrique La Romaine, de manière à maximiser les dividendes versables par Hydro-Québec au cours des dix prochaines années ;
  • S’engagent à consacrer les premières marges de manœuvre budgétaires disponibles à moderniser le tissu industriel québécois afin de construire les bases d’une croissance économique stable pour les dix à trente prochaines années ;
  • S’engagent à augmenter les versements au Fonds des générations afin de rattraper le retard des dernières années et de respecter, voire dépasser, les cibles de remboursement de la dette adoptées en 2010-2011.

Force Jeunesse considère également très préoccupant la situation de l’épargne-retraite au Québec. En effet, les régimes de retraite complémentaires existants sont malmenés par la démographie, l’incertitude économique et l’allongement de la durée de vie. Le rapport D’Amours, dévoilé en avril 2013, démontre abondamment comment le cadre de gouvernance actuel de ces régimes n’encourage pas une gestion prudente et équitable envers les prochaines générations. C’est pourquoi les discussions en cours portant sur ces enjeux au sein des Forums de travail institués par le gouvernement précédent doivent se poursuivre. En parallèle, le marché du travail évolue et les jeunes travailleurs ont de moins en moins accès à un régime de retraite offert par l’employeur. Souvent, ce régime est moins généreux et sécuritaire que celui de leurs parents. Les autres véhicules d’épargne-retraite actuels ne suffisent pas : REER et économies personnelles ne constituent pas des solutions de rechange viables et les régimes publics (Régime de rentes du Québec, régimes fédéraux) n’offrent, dans leur forme actuelle, qu’une couverture limitée.

« Des ajustements importants sont nécessaires à l’écosystème des outils d’épargne-retraite pour que l’ensemble embrasse pleinement les nouvelles réalités du marché du travail et offre aux prochaines générations des bénéfices équivalents à ceux de leurs prédécesseurs », soutient Eloi Lafontaine Beaumier.

Force Jeunesse demande donc que les formations politiques en lice :

  • S’engagent à maintenir les Forums de travail sur les retraites et à ce que ces derniers mènent à terme leurs travaux d’ici à l’automne 2015 ;
  • S’engagent à interdire les clauses de disparité de traitement dans la Loi sur les régimes complémentaires de retraite ;
  • Entament une réflexion plus large sur l’avenir du système de retraite et les transformations du marché du travail en partenariat avec les acteurs ayant participé aux forums de travail ;
  • Identifient les meilleurs outils d’épargne collective adaptés aux nouvelles dispositions du marché du travail québécois et proposent des mesures, des incitatifs et une législation adéquate en vue d’accroître leur portée.

Finalement, alors que l’état des finances publiques entraîne des choix difficiles, Force Jeunesse demande une plus grande transparence dans la présentation de la situation économique et financière du Québec, notamment en réponse aux plus récentes recommandations du vérificateur général. Par ailleurs, dans la mesure où ces choix auront des répercussions majeures et à long terme sur le visage du Québec de demain, il est nécessaire que les prochaines générations soient dès aujourd’hui impliquées dans ces décisions. En ce sens, un prochain gouvernement devra utiliser les instances décisionnelles publiques existantes – en commençant par les conseils d’administration de ses sociétés publiques – pour impliquer de plus près les jeunes dans la gouvernance publique.

C’est pourquoi Force Jeunesse demande à ce que les formations politiques en lice :

  • S’engagent à mettre en place un mécanisme garantissant que sont produites, à tous les cinq ans, des projections budgétaires à moyen et long terme des finances du gouvernement du Québec ;
  • S’engagent à produire, dans le cadre de l’exercice budgétaire et financier du gouvernement, une analyse des impacts des mesures budgétaires inspirée de la comptabilité générationnelle.

Créé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs visant la défense et l’amélioration des conditions de travail et des perspectives d’emploi de la relève dont les membres sont à la fois des associations et des individus. L’équité intergénérationnelle et une préoccupation pour l’avenir collectif de notre société sont au cœur des valeurs défendues par l’organisation.