Réaction de Force Jeunesse au rapport D’Amours : la table est mise pour un débat de société

Force Jeunesse reçoit favorablement le rapport du comité d’experts sur l’avenir du système de retraite québécois. Le rapport souligne, avec justesse, les problèmes actuels de nos régimes de retraites et le risque de recul considérable auquel font face les prochaines générations. Le comité propose également des recommandations audacieuses pour redresser les régimes de retraite et il est urgent de les prendre en considération afin que les jeunes puissent, eux aussi, bénéficier d’une retraite adéquate le moment venu.

Selon Philippe-Olivier Giroux, président de Force Jeunesse, « nous accueillons positivement les recommandations à l’effet de modifier l’encadrement des régimes à prestations déterminées pour en assurer la viabilité. Ces régimes sont d’une grande valeur puisqu’ils offrent la couverture de retraite la plus sécuritaire et les prochaines générations doivent pouvoir en profiter ». La mise en place de mécanismes permettant, dans certaines situations, une participation des retraités au partage du risque va également dans le sens d’une plus grande équité intergénérationnelle.

Par ailleurs, Force Jeunesse constate que l’introduction d’un programme de « rente longévité », pleinement capitalisée et dont les prestations seraient garanties, offrirait aux prochaines générations un complément de revenus de retraite sécuritaire. L’organisation s’inquiète toutefois du risque associé à la mise en place d’un tel régime. « Il ne faut pas répéter les erreurs commises lors de la mise en place du Régime de rentes du Québec, chroniquement sous-capitalisé depuis sa création », explique M. Giroux.

Enfin, une ombre au tableau : le rapport passe sous silence les failles de la législation actuelle encadrant les transitions d’un régime de retraite à un autre au sein d’une entreprise. Ces transitions peuvent actuellement faire en sorte que les derniers travailleurs embauchés se voient offrir un régime beaucoup moins avantageux que celui de leurs prédécesseurs, héritant ainsi d’une précarité accrue. Cette pratique, analogue aux clauses de disparité de traitement en fonction de la date d’embauche (dites clauses « orphelin »), représente une iniquité flagrante entre les générations.

En terminant, Force Jeunesse souligne que les jeunes sont les premiers concernés par l’avenir du système de retraite québécois. C’est pourquoi des efforts particuliers devront être déployés afin qu’ils se saisissent de l’analyse et des conclusions du rapport. Force Jeunesse demande également à ce que le rapport donne lieu, aussitôt que possible, à des suites concrètes. Un large débat de société est nécessaire pour rallier l’ensemble de la société civile à une vision commune du système de retraite et convenir des actions à prendre. Ce débat doit débuter sans tarder.

Crée en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs visant la défense et l’amélioration des conditions de travail et des perspectives d’emploi de la relève dont les membres sont à la fois des associations et des individus. L’équité intergénérationnelle et une préoccupation pour l’avenir collectif de notre société sont au coeur des valeurs défendues par l’organisation.