Suites au rapport D’Amours : Force Jeunesse veut connaître les intentions du gouvernement

La Commission des finances publiques déposait hier son rapport faisant suite aux consultations sur le Rapport D’Amours quant à l’avenir des régimes de retraite. À la lecture de ce rapport, Force Jeunesse ne peut que faire part de sa surprise. « Alors que l’ensemble des acteurs consultés s’entend pour dire qu’il y a urgence d’agir, la Commission évite la prise de décision et continue de « pelleter par en avant » des problèmes qu’il est déjà impératif de régler. Aucune solution n’est priorisée, aucun échéancier de travail n’est présenté. Pourtant, seule une directive ferme de l’État permettrait de dénouer l’impasse actuelle » s’étonne Eloi Lafontaine Beaumier, président de Force Jeunesse.

Face aux nombreux défis auxquels est confronté le système de retraite québécois, et particulièrement le secteur des régimes complémentaires de retraite à prestations déterminées, l’État se doit de mettre en place des mesures concrètes. « Le gouvernement a une responsabilité à l’égard des générations futures et la direction actuelle du système de retraite entraînera inévitablement une diminution de la sécurité financière des futurs retraités, ainsi qu’une dégradation de la santé financière des régimes actuels » renchérit Eloi Lafontaine Beaumier. Comme le concluait Alban D’Amours lors de son allocution devant la Commission, « Le statu quo n’est pas une option ». Force Jeunesse exhorte donc le gouvernement à faire preuve de leadership et à indiquer clairement et promptement les actions qu’il entend entreprendre, et à mettre en place ces mesures dès l’automne.

Force Jeunesse réitère par ailleurs ses recommandations pour faire du système de retraite québécois un système en santé, équitable et assurant une réelle sécurité financière aux futurs retraités. Premièrement, une révision de la gouvernance des régimes complémentaires de retraite s’impose, notamment par le biais d’un meilleur partage des risques associés aux déficits de ces régimes. En second lieu, il importe de renforcer la couverture publique actuelle, que ce soit par la création d’une rente longévité ou par la pleine capitalisation de toute amélioration future qui serait apportée au RRQ. Enfin, Force Jeunesse propose d’accroître la couverture de retraite des Québécois en favorisant la création de régimes sectoriels à prestation déterminée.